• Jeu n°2: Que le Jeu commence!

                La porte venait de s’ouvrir sur une salle obscure. Notre joie de sortir de cet endroit confiné était gâché par l’odeur de pourriture qui émanait de cette pièce. Tout le monde émit des sons de dégoût. Jay s’avança le premier hors de la salle blanche. Ses cheveux bruns étaient devenus noirs. Il prenait un air aussi séduisant qu’inquiétant.

    -Venez.

    -Non, répondis-je. Il n’y a pas de lumière et ça pue.

    -Mais peut-être que la lumière s’allumera quand nous serons tous sortis d’ici, proposa Mil.

    -Comment ça ?

    -Eh bien, reprit-il d’un air gêné, la porte s’est ouvert peu de temps après de Claire fut réveillée. La salle semble réagir au fait que nous soyons tous réveillés. Si nous continuons sur cette théorie, l’éclairage apparaîtra quand nous serons tous dehors, non ?

                J’en restais bouche-bée. Il n’avait pas l’air à première vue, mais ce garçon était plutôt intelligent. Je n’étais d’ailleurs pas la seule à être étonnée puisque Maude lâcha un petit sifflement approbateur et sortit. Je la suivis, forcée d’avouer que cette théorie était bonne. Seul Raoul resta à l’intérieur.

    -Mil, dit-il, arrête de regarder des séries américaines.

                Et il posa un pied hors du carrelage pur.

                Le deuxième atteignit le béton sale.

                …

                Et la porte de notre minuscule pièce illuminée se ferma. Nous étions plongés dans le noir complet.

    -Et maintenant ? demandai-je. On ne va pas rester ici.

    -Tu comptes avancer dans le noir, sans savoir où tu es et où aller ? Même s’il y avait une issue quelque part, on ne pourrait pas la voir, grogna Raoul.

    -Je suis du même avis qu’elle, murmura Jay. Nous devrions avancer, peut-être qu’il y a une fenêtre ?

                Maude et Mil était aussi d’accord avec nous. Alors nous nous mîmes en fille indienne, se tenant tous la main. Jay était le premier, suivit de moi et Maude. Mil et Raoul fermaient la marche.

                Pendant quelques secondes, je fus rassurée par la paume chaude et grande de Jay qui paraissait me protéger.

     

    -Regardez ! cria Jay.

                Je regardai autour de moi avant de voir à ma gauche une ombre. Et qui dit ombre dit lumière. Nous avions trouvé quelque chose ! Tous s’élancèrent là-bas. Mais je préférais marcher plus lentement, la peur était synonyme de méfiance. Les voyant s’immobiliser, je m’approchais et jetais un coup d’œil par-dessus l’épaule de Jay.

    -Ne regarde pas !

                Mais trop tard. Je repartis dans le noir vomir une deuxième fois. Une lampe murale était accrochée au-dessus de vaches. De vaches mortes. Entaillées à la gorge, on leur avait aussi ouvert le ventre. Le sang s’était déversé sur le béton et avait séché, formant une couche brunâtre. Leurs yeux révulsés accueillaient des œufs de mouches, qui volaient au-dessus d’elles. Mais elles n’étaient pas les seules à avoir élu domicile dans ce corps en putréfaction : des vers grouillaient dans leur intestin, des asticots blancs qui gigotaient dans cette chaire marron.

                Des sacs trônaient sur elles tels quatre trophées. Cette mise en scène macabre était répugnante. Je vis du coin de l’œil Raoul qui était encore plus pâle que sa nature. Seule Maude, courageuse, récupéra les quatre sac-à-dos. Mil la dévisagea avec stupeur.

    -S’ils ont pris la peine de faire tout ceci, justifia-t-elle d’un mouvement de main, c’est que ces sacs sont importants pour la suite.

                Jay approuva cette thèse et prit deux sacs. Il m’en donna un et je fus surprise de le trouver aussi lourd. J’examinai d’abord l’objet, vérifiant que rien ne l’avait atteint, mais il était intacte, aucune bestioles y demeuraient. Je l’ouvris donc avec prudence et y découvrit de la nourriture, de l’eau, des chewing-gums, une lampe torche et des piles, ainsi qu’une enveloppe.

    -Vous aussi vous avez une enveloppe ? questionnai-je.

    -Oui, mais ne l’ouvrez pas, dit Mil. Ici, il y a un mot.

                Il me le passa et je pus lire à haute voix ce qu’il y avait écrit :

     

    Bienvenue dans le Jeu !

    Le Jeu est un nouveau concept dont le but est de sortir vivant des treize pièces qui se suivent. Il y a des règles, comme dans chaque divertissement, qui sont très simples :

    -Ne pas montrer sa carte à quelqu’un d’autre,

    -Ne pas lire sa carte aux autres,

    -Ne pas parlez du contenu de votre carte,

    -Respectez les défis,

    Toutes règles enfreintes entrainent la mort.

     

                Je frissonnais avant d’essayer de repérer un indice qui me permettrait de savoir à qui appartient ce sac. Mil y était brodé sur le devant. Je lui tendis et Maude ma passa le mien. Enfin, je pus décacheter l’enveloppe avant d’en extraire une carte plastifiée. Elle contenait mon nom et prénom, ainsi que ma date de naissance et une photo de moi. Enfin, en italique, une phrase capta mon attention : Illustre famille abandonnant ses ouvriers. Que signifiait ceci ? Je retournais la carte pour voir apparaître une chose encore plus étonnante : il y avait exactement les mêmes informations au dos.

                Mais sur mes parents.

     

    Mot de l'auteur

    Ca y est, ça commence! Le début des descriptions macabres. Si vous ne supportez pas ceci, ne lisez pas la suite. ^_^


  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Mai 2015 à 16:51

    Trop cool mais ho mon dieu j'étais en train de manger XD

    2
    Samedi 9 Mai 2015 à 19:57

    XD je me rend pas trop compte x) C'est dégeu?

    3
    Samedi 9 Mai 2015 à 19:59

    Le truc des vaches oui XD ^^

    4
    Samedi 9 Mai 2015 à 20:13
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :