• Le testament

    Je sais que je suis encore jeune, mais après ce qu'il vient de se passer aujourd'hui, je me suis rendue compte que la vie pouvait s'arrêter à tout moment. Je rédige donc mon premier testament. Je le mettrai dans la poche intérieur de mon manteau, au fond de mon sac, coincé dans mon agenda, pour qu'il soit toujours avec moi, qu'il ne me quitte jamais. Ainsi, ce que je désire après ma mort sera exaucé et je pourrais reposer en paix.

     

    Il faut te dire que je n'ai pas peur de la mort, de toute façon je sais qu'elle arrivera à un moment impromptu, que je regretterai forcément de ne pas avoir vécu plein de choses, que je me dirai qu'il me reste beaucoup de temps à vivre. C'est à ce moment que l'on se rend compte de tout ce que l'on a pas dit à ses proches, tout ce qu'on a manqué de faire dans notre courte vie. Oui, le temps me manquera, oui j'ai peur de ne pas avoir assez de temps. Mais de la morte elle-même, je n'ai pas peur. Je l'affronterai et je me contenterai de mon sort. Et puis, depuis le jour où je t'ai parlé de Dieu, je me suis toujours demandée s'il y avait une vie après la mort. Certains diront oui, d'autres diront non. Et s'il y en a une, est-on conscient, comme aujourd'hui ? De la même manière ? Ou est-ce différent, plus une conscience léthargique, avec l'incapacité de réfléchir et d'agir ? Sommes-nous des âmes qui errent au grès de nos anciennes émotions, celles qui étaient dominantes lors de notre vie ? Peut-être même que nous intégrons une nouvelle enveloppe charnelle. Tant de questions sont sans réponses. Et je les découvrirai à ce moment précis.

     

    Si tu trouves cette lettre alors que tu n'es pas un de mes proches, je te pris de respecter mes demandes. Le mieux est de le rapporter à quelqu'un qui me connaît. Mais si cela est impossible, je te pris d'accepter mes souhaits. Ceux d'une jeune fille qui se fiche pas mal des formalités, d'une future jeune femme forte qui aimerait apporter autant de bonheur aux anciens qu'aux petits, d'une ancienne enfant qui verra ses désirs se réaliser. Savoir que je peux procurer du bonheur à ceux qui n'en ont pas m'apaise.

     

    Je veux être incinérée. JE veux que tu répandes mes cendres dans la forêt. Maman, tu sais combien j'aime la nature : l'air pur que l'on respire sous la cime des arbres, l'ombre procurée par les feuillages, les nombreux animaux survivants dans les milieux hostiles. J'aurai beaucoup aimé voyager, connaître des forêts tropicales, avec des insectes inconnus, des mammifères sauvages et des reptiles dangereux. Alors si tu pouvais me déposer en Amazonie ou en Australie... Je sais que je t'en demande beaucoup, et je te le demande à toi, amoureuse des arbres. Je sais que tu me comprendras. J'ai confiance en ça. Ainsi, je pourrais me volatiliser dans au grès du vent humide et me transformer en nymphe de l'eau. Je te protégerai depuis l'Amazone.

     

    Parlons de mon bazar, réglons la paperasse maintenant. Je sais que ma famille aura sûrement du mal à donner mes affaires. Je vous laisse quelques temps, faites votre deuil. Vous pouvez y arriver. Vous serez assez forts, et vous serez tous ensembles. Donnez mes affaires. Je ne veux pas que vous les vendiez. Mes biens ne sont pas là pour faire du profit mais ils sont là pour réconforter les familles, pour rendre le sourire aux enfants, pour apaiser les parents. Et je ne veux pas que vous les confiez à des organisations. Je n'ai pas confiance en eux. Combien d'associations ont vu leurs fonds détournés ? Je préfère que vous vous déplaciez chez les particulier, tel le Père Noël. Oui, vous serez un peu ça pour les personnes recevant gratuitement ces vêtements, mes jouets et même mes peluches. Vous serez cette petite part de bonheur que l'on a en recevant un cadeau auquel on ne s'attendait pas. Cette surprise, ce bonheur. Je veux n'être que du bonheur. Répartissez bien mes affaires: tout ne doit pas aller à une même famille et ce qu'ils voient doit leur plaire. Je sais que vous serez faire.

     

    Maman, j'ai un dernier secret à te confier : j'économise de l'argent depuis toujours, dans la petite boît en carton bleue. La première que tu m'es offerte. Il doit y avoir des centaines d'euros. Garde-les pour te faire plaisir. Ils sont à toi. Sépare-toi de mes affaires quand tu te sentiras prête. J'espère que tu respecteras mes souhaits.

     

    Je sais que ma mort ne sera pas facile, la vôtre n'aurait pas été mieux pour moi. Je pense surtout à toi Maman. Je veux que tu saches à quel point tu as été une mère merveilleuse pour moi. J'ai vu tous tes sacrifices, tout au long de ta vie. Je sais que tu m'as toujours fait passer en premier, que j'étais ton petit ange. Sans toi, je ne serai rien, je n'aurai rien été. Je ne serai pas devenue ce que j'étais. Je ne te remercie jamais assez. Je t'aime. Malgré nos petits chamailleries, malgré mes crises de colère, tu as toujours été la plus importante dans mon cœur. Et jusqu'au bout, tu auras été plus importante que moi. J'aurai tout fait pour te rendre heureuse et je suis navrée de t'abandonner ainsi. De te laisser à cette vie, avec le goût amer de l'injustice dans ta bouche. J'aurai aimé te rendre ta gaieté, te redonner le sourire que des années de malheurs ont effacé. Je suis désolée de t'avoir promis cet avenir radieux et que tu ne vois que du brouillard, de la pluie et de la grisaille actuellement.

     

    De là où je serai, je prendrai soin de toi. Même s'il n'y a pas de vie après la mort, je la créerai pour toi. Pour te protéger. Retrouve le sourire, c'est tout ce que je souhaite. Il y a une vie, une vie après moi. N'oublie pas que je t'aime.

     

    Ne m'oublie pas.


  • Commentaires

    1
    Lor
    Samedi 23 Juillet 2016 à 16:02

    Superbe

    2
    Dimanche 24 Juillet 2016 à 12:05

    Merci :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :