• Brûlante

    Sous le soleil je m’anime

    Et les rayons dardent ton antre

    Perdue au milieu des cimes.

     

    Embrasée

    Mer, caresse mes chevilles

    Tels deux embrassés

    Seuls sur cette île.

     

    Ruisselante

    D’un amour interdit

    Glacée sous cette menthe

    Posée sur ce lit.


    Ardente

    Alors que le plaisir

    Sur tes mains lentes

    Dessine un sourire.

     

    Dangereuse

    Suis-je donc devenue

    Si pieuse

    Devant toi nu ?


    2 commentaires
  • Le vent m’inspire:

    Il me laisse frêle

    Et s’en cesse me rappelle

    Combien l’adieu est impossible.

     

    La terre m’agrippe :

    Je sens les pétales de fleur

    Caresser mon coeur

    Car il est meurtri.

     

    Le soleil m’enflamme :

    Ses rayons me sourient

    Tels des anges jolis

    Même la lune sèche mes larmes.

     

    La pluie coule sur mes joues :

    Elle me laisse apercevoir

    Un peu d’espoir

    Pour faire les fous.

     

    Pays, ne m’oublie pas

    Ce ne sera jamais un adieu.

    Quand le désespoir m’envahira

    Au-delà de la mer se porteront mes yeux.


    2 commentaires
  • Ma petite Man,

    Alors que le soleil s’endort,

    Je voulais t’écrire tendrement

    Ces quelques mots d’or.

    Quand  le ciel argenté

    Reflète des filaments jaunis

    Je pose sur papier

    Des sentiments aussi grands que l’infini.

     

    Encore enfant

    Toujours ton petit poupon

    Que déjà une multitude de tourments,

    Aussi sombre qu’un gouffre sans fond,

    Venait assombrir ton pauvre cœur.

    Bientôt, brillant dans le ciel,

    Eclaircit de bonheur

    Sous une odeur de miel,

    Résonnaient nos rires.

    Alors tu les cultivas,

    Pour mieux les chérir

    Et les garder au creux de tes bras.

     

    Et voilà l’âge tant redouté

    Qui permet de mûrir

    Souvent blâmé

    Mais pour nous : ponctué de sourires.

    Un présent transitoire

    Entre un passé qui a été peint

    Où nous avons survécu sans choir ;

    Et un futur incertain

    Où les épreuves vont se mêler.

    Avec des valeurs acquises

    Et des pensées affirmées.

    Me voilà grandit

    De cette expérience

    Tantôt chaleureuse

    Tantôt orageuse

    Comme l’aiguillon d’une lance.

     

    Je vais bientôt devenir une grande personne,

    Et je vais suivre tes pas

    Alors que le chant de l’âge sonne :

    Tu seras fière de moi.

    Regarde-moi devenir une adulte

    Pendant que m’agrippent les barbares.

    Alors devant le monde je lutte

    Contre ces traquenards.

    Drôle, gentille, guillerette,

    Entêtée, pensive, maladroite

    Je posséderai toutes ces facettes

    Mais je serais moi.

     

    Alors, ma petite Man,

    Sois fière de toi :

    Tu es la meilleure des mamans.

    Maintenant, regarde –moi :

    Plus qu’un an,

    Même si je suis loin de toi 

    Tu occuperas mes pensées affectueusement

    Ma petite Man.

     

    Mot de l'auteur

    Je précise que Man est ma mère. Je lui ai offert (en complément d'autres cadeaux) ce petit poème et ça l'a touchée. ^_^


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique