• Rendez-vous avec le diable

        -Harry ! Tu es déjà enivré ?questionna Claire.

        -Peut-être, soupira le dénommé Harry.

      Sacha ne se sentait pas à sa place. Il balayait la salle d’un regard transperçant et continuai d’écouter la conversation lointaine presque couverte malgré sa faculté entre la fille qu’il avait accompagné et un homme qu’elle connaissait.

        -Il est à peine vingt-trois heures, la fête vient de commencer ! Elle n’a pas encore atteint son apogée mais toi tu es déjà ivre à en faire tondre les moutons !

      Quel drôle d’expression ! « ivre à en faire tondre les moutons », mais où trouve-t-elle tout cela. Encore tout à l’heure elle avait sorti « Tu es habillée comme un arbre qui vient de sortir de l’automne ! ».  Cette façon polie qu’elle avait de tout critiqué sans être vulgaire.  Sacha l’admirai pour cela. Il n’empêchait pas qu’il ne connaissait personne ici.  Il avait rencontré Claire dans la rue quelques heures plus tôt. Elle l’avait vu et l’avait immédiatement trouvé beau. Pour le récompenser-il ne savait pas de quoi, être beau ou moche s’était de nature et cela dépendait des personnes- elle l’avait emmené dans cette fête où les adolescents le dévisageaient méchamment car il prenait tous les regards les plus convoités pour lui. Pourtant, Sacha haïssait ça.

      Un jeune homme le bouscula puis s’excusa. Sacha s’éloigna de la foule, remarquant que beaucoup -trop- d’individus lui avaient dit pardon pour l’avoir poussé. Il s’aperçut seulement qu’il était près de la scène et que la musique lui brutalisait les tympans. Il alla donc dans la cuisine se chercher une bière. Ensuite, il se concentra en scellant ses paupières et visualisa la voix de Claire avant de la repérer au milieu de la foule vers une sorte de couloir géant. Elle partait…dans une chambre. Un homme l’accompagnait. Sacha rouvrit les yeux, ne préférant pas imaginer Claire…avec autrui de sexe opposé.

      Sacha secoua la tête et se concentra sur sa boisson. Depuis quelques temps déjà, le jeune homme avait vu ses cinq sens se développer comme jamais. Ses yeux voyaient parfaitement bien dans la nuit la plus obscure possible, son odorat pouvait sentir l’odeur d’un mortel à plusieurs rues de différences, ses écoutilles entendaient tout sur plusieurs mètres. Quant à son toucher et son palais, il préférait ne pas y penser.

      C’est un cri qui l‘extirpa de ses réflexions. A sa suite, il y eu un bruit retentissant. Sacha ne se pressa pas mais alla comme même voir, il préférait ne pas avoir la police sur le dos. Il arriva enfin dans le salon –qui ne semblait plus vraiment avoir cette fonction- et vit un adolescent inconscient allongé par terre. Il souffla et le mit sur ses épaules. Le grand garçon porta son semblable dans le couloir. Il savait parfaitement où ils se trouvaient grâce à Claire. Il franchit la porte qui les séparait de la cogitation du calme absolu. Enfin pas si absolu que ça car il y retentissait des petites invitations sensuelles. Sacha ne put s’empêcher de se demander si c’était Claire ou bien une autre fille. Il réfléchit deux minutes et se rendit compte qu’il accordait trop d’importance à cette adolescentes. Après tout, il ne savait rien d’elle.

      Il finit par entrer dans une pièce luxueuse, décorée richement. Elle était garnie de meubles d’un bois très cher beige, de mur paré de tapisseries d’une délicatesse surprenante, rose pâle et de moquette, d’une douceur incroyable, blanche. Tout cet argent qui ressortait par la pièce donna le tournis à Sacha.

      Il déposa le garçonnet sur le lit et s’apprêta à sortir mais quelque chose l’arrêta. Il y a vit une femme dans la salle de bain. Il écouta un peu plus et reconnut Claire avec l’autre, l’homme. Il s’empressa d’aller chercher l’adolescent ivre, mais voici la demoiselle qui sort, nu, enrubannée d’une pauvre serviette beaucoup trop courte et d’un jeune qui n’était vêtu que d’un caleçon rouge et noir trempé-surement par l’eau d’une douche ou d’un bain.

      Sacha secoua la tête et s’excusa mais Claire le retenu. Que voulait-elle ? Sacha était énervé, il en avait marre de toute cette mascarade. Il allait porter le fardeau dans une chambre voisine, occupée ou non, il s’en fichait. Puis, il emprunterait deux ou trois bières qu’il engouffrerait sur le chemin du retour avant de s’effondrer dans son lit pour dormir tout habillé. Sacha sourit à cette idée mais l’idiot beugla, on ne sait pourquoi. Claire fit sortir celui qui gênait, avec son inconscient sur l’épaule et retourna à ses préoccupations, considérablement plus importantes.

      Sacha laissa échapper un signe sur ses lèvres, figure de l’amusement et du bonheur. Il ne se fatigua même pas à chercher un lit pour le demeuré, il l’abandonna dans le couloir. Il descendit avec hâte les marches, se pressa jusqu’au frigo, en extirpa les deux canettes alors il évacua lui-même la maison maudite.

      Son lit l’attendait comme prévu…

     

      Il était parti se laver quand il reçu le coup de téléphone. Personne à part son patron n’avait son numéro. Il n’avait pas d’amis, pas de famille, rien qui le retenait ici à part le bar qu’il fréquentait tous les jours pour lequel il s’était pris d’affection. Sacha était capable de ressentir ces émotions comme l’amitié, l’amour, le bonheur. Enfin, avant. Car aujourd’hui il se contentait de ne ressentir que l’amusement, l’énervement et parfois la haine.

      Il répondit au téléphone, mais quelle bonne surprise il eut ! Léa…

      Alors que Léa lui parlait de ses mésaventures, il se contentait de hocher la tête en marmonnant de « Mm ».  Comment diable avait-elle pu avoir ce téléphone ?!  La colère l’envahit d’un coup l’empêchant de respirer. Il suffoquait tellement que la jeune fille au  bout du fil s’affola. Il lui hurla dessus et raccrocha. Elle ne rappellera plus. D’où se permettait-elle d’appeler pour geindre alors que Sacha ne l’avait pas vu depuis plus d’un mois ? D’accord il était sorti ensemble mais il avait bien changé.

      Le plus bizarre c’est que Sacha n’a jamais eu d’élément déclencheur. Il n’a pas perdu de proches, ni son travaille ou tous autres choses importantes. Il n’avait pas commencé à boire ni à fumer. Il ne touchait pas tant à ces pourritures là. Seulement le soir depuis qu’il avait emménagé dans ce quartier de Paris. Il n’était pas tombé amoureux. Il avait juste acheté un studio dans un immeuble délabré d’une rue isolée où les SDF  venaient dormir la nuit. Il avait décidé de ne vivre que comme un vagabond. Il en avait marre de sourire tout le temps. Il voulait une autre vie, une autre identité que les habitants de Londres, ses anciens amis, ne connaissaient pas.

      Il ne vérifia qu’à 23h30 sa boîte aux lettres, quand il partit faire son travail. Il devait nettoyer deux tours de dix étages. Mais ils étaient plusieurs. Alors le travaille ne prenait pas plus de deux heures, ce qui lui laissait largement le temps pour faire des « activités en dehors ».

      Quand il vit une lettre rose, parsemée de rouge à lèvres rouge avec des cœurs dessinés à la main, il s’étouffa avec son chewing-gum à la menthe. Il la prit tout de même et l’emporta au travail.

     

      Alors qu’il ouvrait enfin la lettre, il s’attendit à un roman d’amour écrit d’une main à  l’écriture ronde avec des centaines de mots mielleux. S’il avait pu, il aurait été surpris. Mais il ne ressentait plus cela. Il ne découvrit qu’un papier et quelques mots d’une plume sanglante tout simplement banalement noire. Un rendez-vous…

     

      Sacha patientait dans la chaleur étranglée par un vent frais. Ses cheveux bruns volaient autour de ses yeux gris. Il avait remarqué que ses vaisseaux sanguins, qui entouraient ses iris électriques, étaient de plus en plus voyant. Il ne portait qu’un tee-shirt et des baskets noires ainsi qu’un jean foncé. Tout ce qu’il y a de plus basique.

      Il devait maintenant être aux alentours de trois heures du matin. Les familles raisonnables dormaient d’un profond sommeil depuis bien longtemps, les jeunes enfiévrés des discothèques ne sortiraient pas avant deux heures et les vieux ivres étaient encore dans les pubs.

      Sacha était vraiment au bon endroit à la bonne heure. Il était assis dans l’herbe, fixant le ciel où les étoiles le narguaient de leur liberté. Les nuages venaient, surement gênés, cacher ce spectacle. Oui, Sacha enviait le ciel de son pouvoir, de sa domination sur le monde. Il est géant et invincible, magnifique et trompeur, joueur et indomptable. Il fait la loi sur Terre. Il décide du temps, de la longueur d’une journée. Il commande, ordonne, exige.

      Alors que Sacha était perdu dans sa contemplation du ciel, un couteau s’abattit sur son omoplate et tout devint noir dans une marre de sang.

     

      On ne retrouva Sacha que le lendemain matin. Comme un appel du ciel, la neige était tombée par ce mois de juillet. Comme c’était extraordinaire ! Le ciel pleurait des larmes glacées tant la plaie était béante. Il avait préféré tué un homme plutôt que de livrer son corps et son âme au diable.

      Claire était très dessus. Elle fixa les nuages couleur gris. Elle hurla toutes les insultes possibles, tout ce qu’elle put. Elle laissa exprimer ça colère. Puis elle retomba dans une nuée pâle pour déposer quelques larmes qui roulaient le long de ses joues.

      Elle, le ciel ne l’avait pas sauvé ! Il l’avait lâchement abandonné, écarté, isolé, délaissé, négligé. Elle n’avait pas eu le choix ! Elle voulait tellement ressentir autre chose que la haine, le désespoir, la colère ou même l’avarice. Elle voulait manger du chocolat et des fraises, boire de l’eau et de la bière, tomber amoureuse et être rembarré ou même aller au travail et s’ennuyer. Elle voulait être humaine, vivre, respirer ! Elle voulait se voir dans un miroir, pouvoir se prélassé au soleil, avoir des enfants ! Elle se sentait abondamment seule. Mais elle l’était.

      Car les anges lui avaient volé celui que Claire voulait depuis plus de quelques millions d’années. Car Claire était la femme du diable.

     

    Mot de l'auteur

    J'aime beaucoup beaucoup beaucoup cette histoire. Je l'avais faite lire en cours, et tout le monde l'avait aimé. J'espère que vous l'apprécierez aussi énormément. Laissez des commentaires!


  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Décembre 2014 à 22:05

    Ouah... J'adore ! Y'a rien à redire j'adore *-* ! C'est fluide, logique, super bien écrit.. On rentre dans l'histoire dès le début et on a du mal à faire du poses tellement on est dedans (enfin c'est mon avis) ! En plus j'aime bien le fait qu'on comprenne le titre à la fin, et pas au débit, ni pendant. Franchement tu gère *-* !

    Bonne Continuation

    #Heart-Filia

    2
    Samedi 27 Décembre 2014 à 22:07

    Merci beaucoup!! Ca me touche énormément puisque je rêve de publier un livre, un jour!! :D Merci beaucoup.

    3
    Samedi 27 Décembre 2014 à 22:25

    De rien :) tout ce que je dit c'est vrai pas besoin de me remercier ! C'est plutôt à moi de te remercier car cette histoire m'a énormément plu ! Oh tu devrai ! Je suis de tout cœur avec toi ;) ! Poursuis ton rêve et l'abandonne pas parce que tu le mérite *-*

    4
    Dimanche 28 Décembre 2014 à 14:19

    Merci merci merci!!!! :D

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Dimanche 28 Décembre 2014 à 14:36

    De rien de rien de rien \(^0^)/

    6
    Lundi 16 Février 2015 à 15:14

    Oui tu écrit vraiment bien les histoires ! Tu es une déesse de l'écriture ces obligé ! Tu décris tout super bien le décor les personnages tout ! Alors ne t'inquiète pas tes livres seront forcément publié sinon les gens sont fou de ne pas prendre un récit comme ça !!

    7
    Lundi 16 Février 2015 à 17:25

    Merci beaucoup, ça me touche ce que tu me dis. :3 Ce n'est pas dans mes priorités, mais j'espère envoyer un manuscrit, bientôt, à un éditeur. 

    8
    Lundi 16 Février 2015 à 17:27

    *o*  un manuscrit ?! Mais c'est super j'espère qu'il va aimer !! *cour partout* une amie à moi écrit aussi une histoire mais elle ne sont pas du tout pareil que les tiennes ! Elle a encore besoin de beaucoup d'entrainement je pense ^-^'

    9
    Mardi 17 Février 2015 à 18:37

    Merci, et courage pour ton amie! :D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :