• Salle 108

                Tu as décidé de rester, de continuer à observer cette bibliothèque. Tu gardes l’œil sur l’entrée mais ton attention se porte sur les nombreux bouquins. Il y a de tout : des beaux-livres, des romans d’amour, des guides touristiques, des thrillers, des vieux manuels scolaires, des dictionnaires de toutes langues. Mais ton regard est happé par une couverture qui ressemble à du plastique. C’est presque imperceptible pourtant ce livre scintille. Tu t’approches et tente de le retirer mais il est coincé. Tu ressayes avec plus de force et un petit tintement se fait entendre. Un passage secret, comme dans les films. C’est absurde. Néanmoins, tu pousses silencieusement le meuble.

                Et entre dans une cave. Les pierres sont humides. De la moisissure tâche les murs çà et là. Mais ce n’est pas ce qui attire ton attention. Tu découvres que ton chat est un véritable psychopathe. Un pentacle est tracé sur le carrelage dur et froid. Des bougies allumées encerclent un lit de pierre, sur lequel est allongée une jeune femme.

                Tu t’avances près d’elle. Elle a un peu près ton âge. Elle est physiquement banale. Elle s’habille ordinairement. Elle pourrait être ta copine, ta meilleure amie, ta sœur, celle à qui tu confies tout. Mais quand tu la touches, elle est glacée. Elle est pâle. Tu vois du sang séché, dans le coin de sa bouche, mais aussi pétrifié sur ses joues. Il lui a percé les yeux. Ils sont cernés de noirs. Elle a dû courir, comme toi, pendant longtemps, cherchant une sortie à ce manoir. Elle a espéré, telle une souris et son bout du fromage. Elle était comme toi. Tu te promets de ne jamais finir comme ça.

                Les larmes te montent aux yeux. Tu sanglotes mais un crissement t’interpelle. Vite une sortie ! Tu aperçois une porte en bois, mais elle est loin de toi. Tu ne pourras peut-être pas l’atteindre. A ta droite, il y a un pilier, tu pourrais te cacher derrière. Que fais-tu ?

     

                Se cacher, aller salle 109.

    Salle 108

                Prendre le risque de courir jusqu’à l’issue, aller à la salle 110.

    Salle 108


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :